NEW YORK’S MOMA STORE : PIONNIER DE L’INNOVATION

NEW YORK’S MOMA STORE : PIONNIER DE L’INNOVATION

 

Moma store

Alors que certains musées sont encore un peu frileux sur la vente de souvenirs, le célèbre MoMA de New York ouvre la voie en matière d’innovation d’objets, avec ses boutiques de design presque aussi populaire que ses œuvre d’art.

 

Le musée a ouvert sa première boutique en 1989, un simple comptoir de vente, en face du MoMA sur la 53e rue de Manhattan. Plus de 70 ans plus tard, il dispose de cinq espaces de vente à New York, deux d’entre eux consacrés au design, un magasin à Tokyo et ses sites de vente en ligne, dont deux spécialisés sur les marchés japonais et coréen.

La plus connue est la boutique sur la 53e rue, juste en face du musée. Avec ses objets, ses affiches astucieuses et sa collection documentée, elle devent presque une extension de la galerie.

 

Les produits sont présentés grâce à une brève description : le nom de leur créateur ou de l’artiste, et l’année de leur création.”Il est vraiment important pour nos clients d’avoir la même expérience que celle qu’ils ont dans le musée,” Chay Costello, directeur adjoint du merchandising. Certains objets sont des copies des pièces réelles provenant de la collection du MoMA, comme la chaise longue et le pouf créée par Charles Eames en 1956, qui coûte plus de 4.000 $.

 

D’autres sont des produits exclusifs du MoMA, qui ont été dénichés par les acheteurs qui voyagent partout dans le monde pour reconstituer les collections semestrielles du magasin. De plus, quelques innovations du MoMA, ont pu voir le jour grâce à des sites de financement en ligne. Par exemple le «3Doodler,” le premier stylo à impression 3D qui est devenu l’un des best-sellers actuels de la boutique. Le stylo est né d’une collaboration entre le MoMA et le site de collecte de fonds en ligne « Kickstarter », le projet a pu voir le jour frâce à l’aide de 26 500 participants.

3doodler

Dans la boutique du MoMA, même les passoires et les parasols ressemblent à de l’art.

Sur un mur, une vidéo explique le processus créatif de l’artiste Marina Abramovic, dont les plaques sont vendus dans le magasin. Ailleurs, sont exposées des lampes qui créent une illusion 3D ont été conçus par l’artiste basé à Tel Aviv, Nir Chehanowski.

Nir Chehanowski

Tous les produits sont soumis à un processus de sélection très rigoureux. Les pièces découvertes lors de foires commerciales ou fabriquées par des artisans locaux à travers le monde, sont ramenés à New York et soumis à des contrôles de qualités extrêmement exigeants. Ils doivent ensuite être approuvé par les conservateurs de musée. C’est une étape très importante pour maintenir les normes du musée.

 

La boutique de la 53e rue, qui a ouvert en 1989, a reçu un tel succès que le Moma a ouvert d’autres boutiques en 2001 dans le quartier de Soho, à Manhattan, et à Tokyo en Novembre 2007.Tous les bénéfices des boutiques vont au financement de programmes éducatifs gérés par le musée et également à l’enrichissement de ses collections.

 

Innovation, créativité et qualité sont les maîtres mots. Toujours à la recherche de nouveaux produits excitants et les plus innovants possibles ils cherchent à proposer des objets représentant le futur du design.

 

Mélina SCARCELLA

2016-11-27T19:33:28+00:00