Le secret des parfums les plus mythiques

Le secret des parfums les plus mythiques

Si chacun d’entre nous porte fièrement son parfum, que l’on rêve unique et exclusif ; les grandes maisons de luxe, elles, s’affèrent toujours à créer la fragrance qui demain inondera les rues, à l’instar des plus grand succès de la parfumerie : Shalimar, N°5, Eau Sauvage, ou plus récemment, Trésor, Le Mâle ou Angel… Comment sont nées ces créations mythiques ?

N°5, Chanel (1921)

Ce parfum mythique né de la collaboration entre Gabrielle Chanel et Ernest Beaux, qui à l’époque installe un petit laboratoire dans le sud de la France. Ce qui rend ce parfum unique, c’est l’association des fleurs comme le jasmin, la rose ou l’ylang avec les aldéhydes (orangées et métalliques) qui dès lors n’étaient que rarement autant mises en avant dans les créations. Il s’agit donc d’un parfum résolument moderne, qui deviendra même le parfum le plus vendu au monde, mais également l’une des fragrances les plus copiées : on le retrouve dans la laque Elnett notamment.

 Shalimar, Guerlain (1925)

Créé par Jacques Guerlain, ce parfum est encore aujourd’hui le grand succès de la maison. La raison de ce succès s’explique par la richesse du parfum : une combinaison d’orient et d’exotisme qui le rend puissant ; impossible de ne pas le remarquer dans le sillage de sa propriétaire. Ce parfum est à l’origine de la mode des « orientaux », mais victime de son succès, cette création seule empêchera les autres parfums de la maison de briller pendant près d’une dizaine d’années.

Eau Sauvage, Dior (1966)

Créé par Edmond Roudnitska, ce parfum originalement créé pour les hommes, deviendra au fil des années l’un des parfums masculins le plus acheté par les hommes mais aussi le plus porté par les femmes. Bien sûr, il y a un nom unisexe, mais il y a aussi une création élégante parfois décrite comme discrète. A contrario des grands succès ci-dessus, la diffusion de ce parfum n’est pas aussi prétentieuse ; le parfum ne se révèle qu’aux intimes. Inspiré de l’univers masculin, cette eau chyprée peut rappeler la mousse à raser et la savonnette ; probablement la raison principale de son succès : c’est le parfum de la propreté, pour des hommes soignés à l’image d’Alain Delon qui en était l’égérie.

Trésor, Lancôme (1990)

Trésor voit le jour alors que le style qu’il portera avec fierté offre déjà de très bons résultats commerciaux. La recette du succès : les floraux fruités. Cette composition n’est pas nouvelle, mais cette création de Sophia Grojsman va réellement faire naître la tendance. Alors que dans les années 80 les parfums étaient très riches, chargés, voire entêtant (Poison de Dior en est l’exemple), cette création elle veut créer la rupture : elle associe le muguet à des notes fruitées « pêche-abricot » pour un rendu à la fois boisé, musqué et poudré. Son sillage reste puissant et persistant mais c’est avant tout la douceur et la tendresse que l’on retient.

Angel, Thierry Mugler (1992)

Ce parfum créé par Olivier Cresp va créer un choc olfactif et esthétique à sa sortie. Les notes résolument gourmandes et sucrées sont alors d’avant-garde ; il est le premier à lancer un parfum misant sur l’ambiguïté olfactive et gustative. Si la nouveauté amenée par cette création choque, elle est pourtant inspirée de souvenirs tendres de l’enfance de Thierry Mugler : fêtes foraines, barbe à papa, chocolat, pommes d’amour et caramels. Si apprivoiser ce parfum a parfois pu prendre du temps ; il a bien été adopté par celles qui l’ont porté et il a très certainement marqué son temps.

Le Mâle, Jean-Paul Gaultier (1995)

Créé par Francis Kurkdjian, ce parfum vient accompagner son homologue féminine « Classique » lancé deux années auparavant. Si Jean-Paul Gaultier souhaite lui aussi s’inspirer de l’univers du barbier pour cette création (à l’instar d’Eau Sauvage) ; c’est la volonté de mettre en avant une odeur de peau avec des notes charnelles qui rendre Le Mâle unique. Dans sa composition en effet, on retrouve l’odeur de la mousse à raser mais associée à des notes poudrées et crémeuses, presque féminines que sont la fève Tonka et les muscs. Bien sûr, ce parfum a longtemps été rattaché à la communauté gay, une idée renforcée par les campagnes de marketing mais le parfum à l’avantage d’être facile à porter, si bien qu’au fil des années tout le monde a pu se l’approprier.

 

Margaux Pierens

 

Related Post

2017-12-14T03:06:17+00:00