L’art contemporain : un outil de communication pour l’industrie du luxe

L’art contemporain : un outil de communication pour l’industrie du luxe

Face aux nouveaux enjeux économiques qu’offre la mondialisation, des frontières plus ouvertes, des consommateurs de plus en plus curieux, les maisons sont aujourd’hui dans l’obligation de répondre à de nouvelles demandes, si elles veulent d’une part, ne pas perdre leur clientèle déjà fidèle et d’autre part, gagner de nouveaux consommateurs qui pourront leur offrir non seulement un apport financier mais également une reconnaissance mondiale.

gisele bundchen chanel N5 baz luhrmann

Les maisons de luxe ont trouvé une solution afin de s’ouvrir à une nouvelle clientèle : le storytelling. Un moyen pour elle de lever le voile sur leur héritage et sur leur savoir-faire, tout en gardant bien sur une part de mystère, ainsi coulisses, artisans, savoir-faire viennent enrichir leur communication et consolider le lien avec leurs clients. Cela permet également aux maisons de luxe de s’ouvrir à une nouvelle communauté.

Afin de mettre en image tout cela les Maisons choisissent de confier leur campagne à une agence de communication ou bien de le gérer en interne. La finalité sera la même, puisque le but est de faire appel à de véritables artistes avec une écriture artistique forte et un univers qui correspondra au mieux à l’imaginaire que la maison souhaitera développer afin de magnifier leurs campagnes.

Ainsi en 2013, Guerlain revisite l’histoire de son mythique parfum Shalimar grâce au réalisateur et photographe Bruno Aveillan. Qui a notamment travaillé pour Louis Vuitton, Cartier ou Christian Lacroix.

guerlain parfum shalimar natalia vodianova

Tel un film, c’est une vraie mise en scène qui a été effectuée et le réalisateur a également fait appel à Digital District pour les effets spéciaux de son film (le Taj Mahal sortant de l’eau). La musique est signée Hans Zimmer, et si elle n’est pas « originale » dans le sens où elle n’a pas été composée dans le but de ce film publicitaire, elle a tout de même été composée pour le 7ème art, pour le film The Da Vinci Code. C’est donc un véritable travail cinématographique qui a été mis au point.

Dans ce contexte le consommateur n’est pas seulement considéré comme un potentiel acheteur mais comme un « spectateur ». Faire appel à des artistes permet aux maisons de rendre leurs campagnes plus esthétiques avec une dimension beaucoup plus spectaculaire. La publicité devient alors une véritable œuvre d’art, que le consommateur-spectateur apprécie et admire. Cela « provoque alors la désirabilité de l’objet grâce à des visuels qui sont capables d’exciter cet imaginaire et de toujours donner plus que ce que l’on attendait. »

hermes

Face à la portée qu’ont ces campagnes auprès des consommateurs, 10 880 925 de vues sur Youtube pour la campagne Chanel The one that I want, les maisons se voient satisfaites de ces collaborations artistiques et font ainsi souvent appel aux mêmes artistes pour leurs publicités.

 

Marion CoteretMarion Coteret

2015-12-18T17:41:01+00:00