La nouvelle ère Givenchy : Clare Waight Keller retourne aux références de Monsieur Hubert De Givenchy

La nouvelle ère Givenchy : Clare Waight Keller retourne aux références de Monsieur Hubert De Givenchy

Après une campagne noir et blanc dévoilant un casting androgyne autour de chats, passion partagée avec Monsieur Hubert de Givenchy, Clare disait vouloir exprimer sa nouvelle vision de la séduction de l’Homme et de la Feme. Vision qui pourrait diviser les clients de la Maison qui jusque là vouait un culte à Riccardo Tisci. Après tout c’est le jeu du mercato des designers, et plus la vision apportée est singulière plus la Maison a des chances de séduire et de créer une communauté autour d’elle.

Beaucoup d’attentes étaient mises sur la nouvelle venue de l’anglaise Clare Waight Keller lors de son premier défilé au palais de Justice pour Givenchy, le 1 er octobre 2017. L’imposant lieu faisait prédire une collection tout aussi forte. Malgré cela, on a pas senti de révolution stylistique, la collection était réussie mais très commerciale, peu de risque ont été pris.

5 Décembre 2016, Londres: Givenchy dévoile les images de sa pré collection Fall-Winter 2018 et on aperçoit un peu plus la vision de la britannique. Les vêtements sont empreints d’une touche plus personnelle et intime, le souligne le décor: une petite maison privée dans le sud de Londres. Les looks sont connectés avec la réalité ce qui apporte une sensation de proximité.

On y voit des fausses fourrures aux imprimés animals oversize, des manteaux en shearling enveloppant et des jupes plissés réversibles. Pour Keller, la modernité revient à regarder dans le passé et le réinterpréter à sa manière. Appliqué cette devise on retrouve donc logiquement le logo 4G, emblème de la Maison jusqu’à présent délaissé au packaging des lignés beautés, qui ressurgit en orange sur un imprimé camp des sweats et caché dans les détails.

 

La force de Clare reste sa manière de mixer à la perfection le style ville-campagne. Des pièces de tous les jours ont été repensé avec des couleurs vives et presque saturées. On retrouve également des prints floraux sur l’homme et la femme. Sa maîtrise du tailleur est évidente et s’accorde avec des jupes fluides et de chics pantalons en cuir. Pour finir en apogée, ses robes du soir, avec des plis et des empiècements velours en cascade, romptent définitivement avec le style Tisci. Une créativité qui promet de belles surprises avec les saisons à venir.

Antonin Dansicare

Related Post

2017-12-19T13:32:30+00:00