Des palaces et des chefs étoilés

Des palaces et des chefs étoilés

54711_sans-titre

Yannick Alléno, chef “triplétoilé”, aux commandes de la restauration du Meurice.

De plus en plus d’hôtels de grand luxe font appel à des chefs étoilés afin d’asseoir leur notoriété. Un investissement coûteux mais qui s’avère être fructueux. Il est en effet difficile pour ces Palaces de faire l’impasse sur la gastronomie surtout en France. Si dans une ville comme New York ou Shangaï, il n’est pas nécessaire d’avoir un restaurant avec tout son décorum, à Paris cela est quasiment incontournable. Pourtant, au début des années 90, seuls deux chefs d’hôtel, Guy Legay au Ritz et Christian Constant au Crillon étaient étoilés. Alain Ducasse a été l’un des premiers à travailler pour un Palace avec le Louis XV à Monaco en 1987. Depuis d’autres suivent. À Paris, le chef Michel Troisgrois s’occupe depuis 2004 de La Table du Lancaster, restaurant de l’hôtel cinq étoiles. Dernière recrue en date, le jeune chef Hans Zahner a rejoint La Cuisine, restaurant étoilé du Royal Monceau-Raffles à Paris en novembre dernier. Cette montée en gamme opérée par les hôtels de grand luxe correspond à la volonté de ces établissements d’attirer une clientèle locale qui contribuera à faire figurer leur table en bonne place dans le paysage gastronomique.

 Clémence Bouras

Related Post

2013-12-10T19:18:33+00:00