Azzedine Alaïa, virtuose discret de la mode

Azzedine Alaïa, virtuose discret de la mode

      Azzedine Alaïa est un couturier né le 17 juin 1940 à Siliana, en Tunisie. Dans les années 1950, le couturier s’installe à Paris. Contre le loyer de la chambre qu’il occupe chez la Comtesse de Blégiers, il crée pour elle des robes qui, rapidement, attirent l’attention des mondaines de Paris, notamment Louise de Vilmorin, Arletty ou encore Marie-Hélène de Rothschild.
En 1965, Azzedine Alaïa emménage rue de Bellechasse, à Paris et le cercle d’initiés s’agrandit.

      Azzedine Alaia doit être le seul créateur à s’impliquer dans toutes les étapes du processus, depuis le maniement des ciseaux jusqu’au travail avec ses artisans italiens de la maille, capables de transformer un simple fil de coton en véritable dentelle.
Le fait que l’entreprise d’Azzedine appartienne désormais au groupe de luxe Richemont ne change rien à l’impression qu’il est toujours seul maître à bord.
Car ce créateur a l’immense talent de savoir évaluer les proportions, comprendre le corps féminin et, bien sûr, saisir l’évolution de la mode. Couturier qualifié de perfectionniste, Azzedine Alaïa aime les vêtements et… la sculpture. C’est donc en toute logique qu’il invente des silhouettes moulées dans des vêtements à la coupe irréprochable et aux couleurs basiques. Sa marque de fabrique: taille, poitrine et hanches sont mises en valeur pour une féminité assumée. En 1981, le créateur présente sa première collection éponyme.

      Aux Etats-Unis, il reste celui qui a sublimé les corps de Grace Jones, Cindy Crawford ou encore Naomi Campbell. Ses vêtements caressent, épousent, immortalisent.
C’est l’une des rares maisons aujourd’hui où les vêtements sont la base et où les accessoires en découlent ensuite.
Aujourd’hui, toutes les femmes rêvent d’être “épinglées” par Azzedine Alaïa, car seul le couturier sait dévoiler le meilleur du corps féminin. Dentelles, cuir, textile moulant: Azzedine Alaïa est un magicien qui apporte élégance et raffinement à ce qui est sexy.
A 75 ans, il reste l’artisan d’une couture à taille humaine.

Claire Bornet

Related Post

2015-12-08T00:52:18+00:00