Alberto Morillas, maître parfumeur autodidacte et visionnaire

Alberto Morillas, maître parfumeur autodidacte et visionnaire

Le parcours d’un grand parfumeur

swiper1

C’est un peu par accident qu’Alberto Morillas est « entré en parfumerie » en 1970. Né à Séville en 1950, il fait ses études aux Beaux-Arts de Genève. Mais c’est après avoir lu un article sur Guerlain qu’il se passionne pour les parfums et entre chez Firmenich, la multinationale genevoise spécialisée dans l’industrie des parfums et des arômes. Presque tout de suite, il s’intéresse de près à la chimie et se forme seul à l’aspect créatif du métier.

En 1975, sa carrière prend un tout autre tournant lorsqu’il s’installe à New York : il gagne d’abord le titre de parfumeur en 1977 et ensuite celui de maître parfumeur en 1998. En 2000, il crée sa propre marque, Mizensir, une entreprise suisse de fabrication de bougies parfumées.

Alberto Morillas se fait connaître du monde entier en 1981, à l’âge de 24 ans, en lançant ‘Must’ de Cartier. Très vite, il enchaîne avec d’autres « musts » : ‘Byzance’ pour Rochas, ‘CK One’ pour Calvin Klein, ‘Acqua di Gio’ pour Giorgio Armani, « Flower by Kenzo », ou encore ‘M7’ pour Yves Saint-Laurent ou ‘Cologne’ pour Thierry Mugler. Il fut cependant récompensé pour l’ensemble de sa carrière (qui s’élève à près de trois cents parfums à ce jour) par le prix François-Coty en 2003. Ce dernier désigne le meilleur nez mondial, en quelque sorte le « Prix Nobel » de la parfumerie.

o.15081  1461_1941938d99d4290ffef50a7f18da0e64 148754-800w

Le maître parfumeur est célèbre dans l’industrie pour avoir été le premier à associer des éléments naturels et synthétiques, dans des formules toujours manuscrites. « Quand j’écris la formule, je peux sentir le parfum », confesse-t-il.

175829_10151333059140990_2146216611_o

 

 

 

 

 

Alissia Silberschmidt

2015-12-08T15:52:23+00:00